Dystopia, Live avec Valéry Poulet @ Plateforme, Paris, 2017

Inergen, Sound of a datacenter, video pal et son 4’39, 2016

Video exhibited during Winter Solstice night exhibition curated by Hanan Benammar in Oslo, in 2016.
Cette composition s’inspire d’un fait d’actualité qui a eu lieu en Roumanie, un des centres de données de la banque ING a été victime d’un étrange incident. Une explosion due au gaz a en effet forcé l’arrêt de fonctionnement de ses distributeurs automatiques, de ses systèmes de paiement, de son site web et d’à peu près toutes ses opérations pendant une dizaine d’heures.
Le data center a procédé à un exercice classique d’alarme incendie, durant lequel du gaz Inergen s’est propagé au sein du système de canalisation du bâtiment.
Ce gaz, conservé dans des cylindres sous une forme compressée, a été propulsé dans le système de ventilation du data center… Sauf que la pression de ce système était très élevée, ce qui a provoqué un son extrêmement fort, de plus de 130 décibels.
Ce son a provoqué des vibrations dans les équipements du centre de données, avec comme conséquence du bris de matériel.

Valéry Poulet et Nicolas Gimbert, Upside- and slowed-down, vidéo et son 4’00 extraite de l’installation présentée durant les Automnales @Esserres 26/27septembre 2015

Sick herbarium, vidéo morphing et son 6’21, 2015
vidéo présentée durant l’exposition GARDEN IN PROGRESS @ THE WINDOW, Paris mai 2015
Son : Valéry Poulet
Vidéo : Nicolas Gimbert

Chaser Grindr, video pal 2’12, 2014
Nicolas Gimbert avec Vincent Hübelé, assisté d’Eric Merour
Vidéo présentée dans le cadre de la Queer Week de SciencesPo Paris

Cette vidéo pose la question des mutations des rencontres grâce aux réseaux sociaux. Elle identifie les nouveaux comportements des pratiques dites stéréotypées du milieu gay et tente de les analyser. La proximité géographique à remplacé l’ère du minitel. Une part d’animalité et de satisfaction immédiate du besoin sont en jeu dans cette réflexion. Ici les voix se sont substituées au dialogue écrit.

Collectif En-Pire, Gamma, 5’34, 2014, @ Plateforme, Paris
Nous sommes parti d’une captation grâce à un compteur Geiger de la radioactivité du fort de Vaujours dans le 93. Sur ce site, le CEA a fait des essais de détonateur pour les bombes atomiques pendant une quarantaine d’années. live (15/20min) avec basse guitare machine analogique/numérique, générateur HF et BF et une vidéo projection.

Blubber, Live Performance 9’37, 21juin2013 @ Plateforme, Paris
Entre le transitoire et la permanence, cette œuvre de Nicolas Gimbert aborde ce qui est au cœur de la question sonore : sa part de rituels immuables, d’imageries collectives, de performances physiques voire littéralement matérielles et sa part d’imbrications culturelles.
La mise en boucle des enjeux historiques des modalités de « l’action », en art, apparaît de manière surprenante être le principal sujet de cette pièce. Aussi, nous pouvons d’ores et déjà vous en livrer le synopsis : au départ, nous verrons une installation constituée d’une source de diffusion sonore, d’un émetteur de son, du type subwooffer, provenant du tunning automobile, et de la viande bovine disposée sur un haut-parleur, le tout génériquement posé au sol de manière muette. L’arrivée de Nicolas Gimbert et/ou d’un invité actionnera le dispositif en jouant principalement sur l’activation des basses fréquences du caisson, prenant ainsi la forme classique d’une performance sonore. La conséquence sera immédiate avec la mise en vibration (flottaison) de la viande, par le déplacement de l’air occasionné, par l’action des basses fréquences sur le haut-parleur. Finalement, la performance s’arrêtera quand l’installation reprendra… »
Jérôme Cotinet-Alphaize

Tambour Battant, video pal 1’36, Exposition Think Tank, 2013

Junglerama, Glamorama 06, live son 6’10, 2012
sur une invitation de Pascal Lièvre
Nicolas Gimbert vous invite à vivre une expérience sensorielle inédite. Il installera dans le salon de coiffure plongé dans le noir, une étrange sculpture réalisée avec dix sèche-cheveux qui mixera en live différentes sources sonores en altérant certaines perceptions visuelles et olfactives.
Interview Sous la Jupe

« #1 » // Live A/V // Mono-screen // Stereo
video 6’10, 2012
« #1 » est une rencontre entre Haythem Zakaria artiste digital et Nicolas Gimbert artiste plasticien sonore. Il s’agit d’une performance audio-vidéo générée par un procédé visuel live et alimentée en partie par une bande son.
L’image sera écrite en temps réel grâce à un traitement numérique. Le dispositif utilisera des schémas algorithmiques pour peindre des réalités virtuelles sans cesse confrontées au son. Ce dernier est le fruit de captation d’objets du quotidien traités en analogique et ensuite en digital.
Capture vidéo: Florian Pannetier
Lieu: Théâtre Cinéma Paul Eluard

Aktion, vidéo co-réalisée avec Pascal Lièvre 2’30, 2011
En actionnant la série de photographies numérotées de 1 à 58 par 58 séquences vidéos, où les deux plasticiens miment les scènes avec le plus de précision possible, il ne s’agit pas de remaker, de re-acter mais de déconstruire les images si savamment élaborées sous formes de photographies par la vidéo. Prendre du vivant dans une séries d’actes si parfaitement contrôlés qui miment des corps en action, c’est donner au vivant la possibilité d’envisager autrement ces « traces  » qui ne sont pas les traces d’une action, mais une série de photographies qui miment une action. Le vivant convoqué par le corps des plasticiens lievre et gimbert que l’on sent dans le tremblement des corps dans certaines séquences, fragilise les images métaphoriques construites par Rudolf Schwarzkogler.
C’est une opération iconoclaste de deux artistes qui convoquent le réel pour fragiliser les images avec leurs corps. Si certaines images métaphoriques se trouvent renforcées dans leur dimension poétique une partie d’entre elles frisent presque le ridicule. Chacune des 58 séquences est composée de 58 images vidéo ce qui correspond à 2 secondes 08 ; ainsi l’on retrouve dans chaque séquence la trace conceptuelle de la numérotation originelle. Les deux plasticiens pensent que la numérotation des photographies est l’aktion proprement dite, c’est le montage qui est un acte performatif et non les traces qui montrent une action supposée.

Remote control, vidéo pal 5’35, 2010
Vidéo diffusée dans l’émission « Lelab.ô » sur France ô le 16 décembre 2012.

Bivouac ou l’ostalgie de mes commissures, video live performance sonore et visuelle, -GALERIE //A// Villa Arson/ Vendredi 25 juin 2010
Performance réalisée avec Corto (guitare)

Live Isadora, installation vidéo, 1’58, 2008

Metamorphosis, video pal 1’45, Festival du film gay et lesbien, Paris 2008
sur une invitation de Nathalie Magnan
Son : Cédric Pigot « Imagex »
Model : Rémy

Triparty, video pal 3’36, 2005

Trysexual, video pal 0’23, 2008