JARDIN-DUNAIRE
Terrasse // Jardin // Quai de Seine // Péniche le Marcounet juillet 2015
Après le “Jardin-Jungle”, conçu en mai 2015 dans le cadre d’une résidence à l’espace d’expérimentation artistique en milieu urbain “the Window” pour la rue Gustave Goublier du 10e arrondissement de paris, sur l’invitation d’Eric Merour et Arnaud Seité, Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert réalisent le projet “Jardin-Dunaire” pour la péniche le Marcounet amarrée au pied du pont Marie dans le 4e arrondissement de paris.
Le projet Paris-Plage s’étend du pont des Arts au pont de sully. Étant donné que les quais où se situent la péniche ne profitent pas d’un ensablement, il leur semble intéressant de dénoter cette absence en prenant comme palette végétale des plantes qui évoquent les paysages dunaires, ou fragments de collines de sable fin formées par les vents et accompagnées de plantes.
Dans le cadre de Paris-Plage, le quai prend la forme d’une grande terrasse qui accueille des plantes dans divers bacs de plantations. la palette végétale émergeant des bacs est constituée d’un ensemble de plantes (poacées et vivaces) ainsi que quelques plantes ligneuses (majoritaire- ment des saules) rappelant la côte Atlantique.
La terrasse, telle un radeau, dialogue avec la péniche qui oscille sur l’eau, toujours en mouvement, comme les plantes au gré du vent. Le vent est en effet, l’élément indispensable pour pouvoir naviguer et c’est grâce à ce dernier qu’il est agréable de se promener sur les quais, à l’ombre des platanes existants, lors de la période estivale.
Les bacs de plantations sont construits par récupérations multiples de lattes de palettes. ils sont peints de couleur sable sur leurs côtés pour appeler le visiteur au loin et faire varier l’image d’en- semble lorsqu’on s’approche de la péniche. C’est pourquoi l’étirement parallèle des bacs plantés transpose le rythme en bande des cordons dunaires.

Partenaires : Péniche le Marcounet.

JARDIN-JUNGLE, La forêt des 6 continents.
Projet pilote de la Mairie De Paris 2015/2016/2017 pour le Xe arrondissement.
Un Jardin-Jungle à paris, un jardin à partager…
Dans le 10e arrondissement de paris, ce jardin-jungle urbain est proposé par Julien Bellenoue, paysagiste DplG, et Nicolas Gimbert, artiste plasticien.
La Jungle s’inscrit dans le cadre d’une résidence à The Window (”Garden in progress”), située rue Gustave Goublier. Cette rue, récemment devenue piétonne, sera transformée en jardin-jungle luxuriant.
Le concept
Le but de ce projet est de recréer un espace qui évoque une jungle, grâce à une densité végétale placée dans une faille urbaine et qui profiterait du microclimat de la rue (fraîcheur en été et abrité en hiver).
En effet, le jardin sera orienté est-ouest et fera alterner des zones à la fois très plantées et des zones plus ouvertes, jouant sur les formes, les couleurs, les contrastes et les lumières de différentes strates végétales. Ces éléments viendraient révéler l’existant et par la même créer du dépaysement, d’autant plus que cette forêt équatoriale serait un rapprochement des cinq continents, une rencontre entre des espèces qui ne sont pas destinées à se côtoyer.
Le Jardin-Jungle sera equipé d’un hôtel à insectes, d’une zone avec terrasse et de poches plantées avec pots et bacs de végétation. les caniveaux existants assurent l’irrigation des zones plantées avec l’eau de pluie.
Le jardin pourra être parcouru entièrement à pied ou à vélo. les piétons et cyclistes pourront traverser cette promenade arborée et en profiter, comme les habitants de la rue, qui jouiront d’une vue sur une partie du paysage depuis leurs appartements. La rue Gustave Goublier devrait devenir un lieu de rencontre où l’on se rend pour prendre un verre, pour lire, pour discuter, pour profiter d’un espace vert particulier, une véritable fôret-galerie.
Partenaires du projet :
Mairie du Xe arrondissement de paris, services de la DeVe, DVD, Dpe, conseil de quartier cha- teau d’eau lancry, Xe, Association des riverains ARRGG, Association The Window paris, Hotel Best Western.

Pépinière en cycle de lumière inversée.
Arcade du Xe arrondissement de Paris.
Dans la continuité du Jardin-Jungle, la forêt des 6 continents, ce nouveau projet permet de réin- vestir le porche et de constituer une pépinière en cycle inversé qui alimentera en plantes le jardin de la rue : le manque de lumière sera complémenté par la mise en place de lampes à sodiums ainsi qu’un système d’arrosage visible qui prendra place au milieu des plantes. l’idée est de reprendre ici la palette végétale qui est semblable aux plantes des jungles des 5 grands continents. Afin de permettre la croissance des plantes un système d’arrosage permettra l’autonomie de cette pépinière fermant ainsi la boucle : de la naissance à la croissance puis à la maturation dans le jardin stabile.
Deux versions ont été proposées :
Version A : colonne de gauche du pdf est une version avec des pots de formes arrondies. nB: ce projet est plus compliqué à réaliser et son prix de mise en œuvre est plus élevé. il dialogue néan- moins avec l’esprit des arches du porche. son aspect est plus monumental.
Version B : colonne de droite du pdf est une version dans la continuité des mobiles déjà présents dans la rue. cette version est plus facilement réalisable et permettra une malléabilité plus importante et une stratification par étages des plantes.
la version B a été validé par les résidents de la rue. le projet de pépinière en cycle inversé est co-financé par le conseil de quartier Château d’eau lancry du Xe arrondissement de Paris.

Toutes photos et illustrations // All photos and illustrations © Julien Bellenoue & Nicolas Gimbert.